LE CHÂTEAU DE FUKUYAMA

Après une rapide escale (aussi passionnante qu'épuisante) à Osaka, je vous emmène aujourd'hui sur la route d'Hiroshima, avec au programme une halte inattendue dans un lieu sans prétention : le château de Fukuyama. Je dis "inattendue", car je n'avais absolument pas prévu de m'arrêter dans cette ville, à part pour prendre une correspondance vers Onomichi. Mais en découvrant la présence d'un joli château à deux pas de la gare, la curiosité l'a emporté...

Château de Fukuyama, Hiroshima-ken

Sur la route d'Hiroshima

Nous voici donc dans le train, direction la préfecture d'Hiroshima, première grosse escale de mon voyage. Mon objectif du jour : visiter Onomichi ! J'aurais voulu passer par Tomonoura aussi (le village de pêcheur qui a inspiré les décors du film "Ponyo sur la falaise" d'Hayao Miyazaki), mais j'ai dû y renoncer suite à un problème de smartphone dont j'ai déjà largement parlé dans mon article bilan...
Onomichi est une petite ville pleine de charme, accessible via une ligne JR locale. La correspondance se fait en gare de Fukuyama, un lieu dont je n'avais pas spécialement étudié le potentiel touristique je l'avoue. J'ai donc été très surprise d'y découvrir un si beau château, aussi facilement accessible ! Le mur d'enceinte borde carrément les rails, impossible de passer à côté.

Mur d'enceinte du château depuis la voie ferrée, gare de Fukuyama, Hiroshima-ken Inscription Fukuyama Station, Hiroshima-ken
Vue sur le mur d'enceinte, Château de Fukuyama, Hiroshima-ken

Le hasard fait parfois bien les choses : lors de mes préparatifs, j'avais longuement hésité entre Onomichi et Himeji pour occuper cette journée. Il était écrit que je devais visiter un château semble-t-il !^^ Ceci étant dit, la comparaison entre les deux sites s'arrête là. Difficile de rivaliser avec un monument aussi extraordinaire que le Château d'Himeji (que j'ai d'ailleurs entrevu par la fenêtre du shinkansen, peu après mon départ d'Osaka).

Promenade au pied du château

Ce matin-là, c'est sous un beau ciel bleu que se dévoile la silhouette gracieuse du château de Fukuyama. Après avoir grimpé une volée de marches, on y accède en traversant une imposante porte en bois, la Sujigane Gomon, qui donne sur la cour intérieure. Il est encore tôt, l'endroit est calme. N'ayant pas prévu de m'arrêter à l'origine, je n'ai pas consulté les horaires : le château est toujours fermé le lundi... et nous sommes un lundi. Je n'aurai donc pas l'occasion d'admirer la vue depuis le dernier étage...

Porte d'entrée un jour de fermeture, Château de Fukuyama, Hiroshima-ken Château de Fukuyama, Hiroshima-ken
Pierres du mur d'enceinte, Château de Fukuyama, Hiroshima-ken

Comme beaucoup d'autres châteaux japonais, le bâtiment qui se trouve devant moi n'est pas d'origine : il s'agit d'une reconstruction datant de 1966, abritant un musée dédié à l'histoire de la ville.

Détail d'architecture et feuillage de sakura à l'automne, Château de Fukuyama, Hiroshima-ken

Au pied du bâtiment, quelques sakura perdent leurs dernières feuilles : l'hiver est presque là !

Un château de l'ère Edo

C'est le shogun Ieyasu Tokugawa (1543-1616) qui est à l'origine de la construction du château de Fukuyama. Il place à la tête de ce projet Mizuno Katsunari, l'un de ses soutiens, dans le but de mater les seigneurs de la province de Chûgoku qui lui résistent.
Le projet mettra 8 ans à se concrétiser, mais le shogun ne verra jamais son oeuvre achevée : le chantier démarre 3 ans après sa mort, en 1619, pour se terminer en 1622. À l'époque, Fukuyama se nomme encore Nogami, et n'est qu'un petit village. C'est la construction du château qui permet le développement d'une véritable ville à cet endroit, baptisée Fukuyama par Mizuno Katsunari lui-même.

C'est sous un beau ciel bleu que se dévoile la silhouette gracieuse du château de Fukuyama

Le château changera ensuite plusieurs fois de mains, passant du clan Mizuno au clan Matsudaira (en 1700), puis au clan Abe (en 1710). Il est abandonné en 1873. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les bâtiments restant subissent d'importants dommages lors des bombardements : seules la tour Fushimi et la porte Sujigane (aujourd'hui classées Biens Culturels Importants) échappent à la destruction.

Fleurs, bonsai, pins...

Le parc du château occupe une superficie de 37 hectares, dont je n'ai pas fait le tour complet. Je suis surtout restée aux abords du monument, pour profiter d'un petit marché floral installé là.
Les chrysanthèmes étaient superbes, tout comme les bonsai fleuris exposés sous l'un des chapiteaux. Je suis toujours fascinée par la posture faussement naturelle de ces arbres soigneusement taillés : on les croirait centenaires, malmenés par les éléments, mais il ne s'agit que d'un artifice, une imitation de la nature. 

Marché floral au pied du Château de Fukuyama, Hiroshima-ken
Chrysanthèmes du marché floral, Château de Fukuyama, Hiroshima-ken Bonsai fleuri exposé lors du marché floral, Château de Fukuyama, Hiroshima-ken

J'ai lu que l'endroit était très apprécié pendant la floraison des sakura : il faut dire qu'on trouve généralement beaucoup de cerisiers aux abords des châteaux japonais ! Mais lors de mon passage, les véritables maîtres des lieux étaient incontestablement les grands pins qui peuplent l'enceinte du château, surplombant les visiteurs de leurs silhouettes élancées.

Porte Sujigane, Château de Fukuyama, Hiroshima-ken
Branches de pins sur fond de muraille, Château de Fukuyama, Hiroshima-ken

Alors, le château de Fukuyama mérite-t-il le déplacement ? Mon avis sur la question est mitigé, dans la mesure où je n'ai pas fait le tour complet du parc ni visité l'intérieur du bâtiment. Si on le compare avec Himeji, ce château n'est clairement pas un incontournable, mais l'endroit dégage un certain charme... et est vraiment très facile d'accès !
Pour info, il est ouvert tous les jours sauf le lundi, de 9h à 17h, pour la modique somme de ¥200 (incluant l'accès au musée et à l'observatoire situé au sommet). Si vous vous rendez un jour à Onomichi et/ou Tomonoura, il serait dommage de passer à côté, qu'en pensez-vous ?


4 commentaires

  1. Merci pour ce charmant détour.
    Ca peut-être très sympa de visiter ce château comme tu l'as fait "en passant".
    Mention spéciale à la photo du bonsai, j'adore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est sympa, même si j'avoue que ce genre de visites improvisées me donnent toujours l'impression de rater des trucs (c'est très souvent le cas d'ailleurs). D'où l'intérêt d'écrire sur ce blog : je découvre après coup des tas de petits détails sur les lieux où je suis allée, ce qui me permet d'avoir un autre regard sur mon itinéraire. J'adore !

      Supprimer
  2. Belle surprise! Merci pour la balade :D
    Je te le redis encore mais j'aime vraiment beaucoup ta façon de concevoir tes articles: ressentie, histoire, citation, photos... franchement, j'adore! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Yoyo, toujours très heureuse de lire tes petits messages d'encouragement qui me vont droit au coeur ! :)

      Supprimer