PROMENADE À TENNÔJI

Osaka. Je n'ai quasiment jamais parlé de cette ville sur ce blog, et pourtant j'y suis allée à chacun de mes voyages au Japon. Osaka a toujours été pour moi un lieu de passage : j'ai fréquenté KIX (Kansai International Airport) quatre fois en deux ans, sans jamais m'y attarder très longtemps, alors que la ville mérite sans problème 3 à 4 nuits et autant de jours pour être explorée de façon à peu près satisfaisante. Frustration.

Etang du Keitaku-en, Tennôji, Osaka

Osaka et moi

Osaka n'est pas ma ville préférée au Japon, loin de là, mais j'ai le sentiment d'être injuste en écrivant ces mots. En avril 2016, j'y ai passé deux jours juste avant mon retour en France, et j'étais bien trop triste de quitter le Japon pour réellement apprécier les lieux. En novembre 2017, même scénario ou presque : je n'y suis restée qu'une journée en début de voyage, mais la fatigue du vol (et la poisse) ont complètement gâché mon immersion. 

Lanternes dans le sanctuaire Horikoshi, Tennôji, Osaka
Statue de gardien, sanctuaire Horikoshi, Tennôji, Osaka Alignement d'ema dans le sanctuaire Horikoshi, Tennôji, Osaka
Le petit sanctuaire Horikoshi, à Tennôji

Alors qu'ai-je réellement vu d'Osaka ? Le château et Umeda Sky Garden bien-sûr (dont je parlerai dans le récit de mon voyage d'avril), mais aussi Namba et surtout Dotonbori, où je suis allée deux fois et qui constitue, à ce jour, mon endroit favori ! Et puis je suis allée à Tennôji, un quartier situé au sud de la ville et réputé plus "traditionnel", bien que je ne sois pas 100% convaincue de la pertinence de l'adjectif. Tout est une question de point de vue : par rapport au reste d'Osaka, et notamment Dotonbori, pourquoi pas. Mais dans le contexte plus général du pays : non, Tennôji n'est pas un quartier "traditionnel", loin de là. 

Du Tsûtenkaku au Keitaku-en

La particularité de Tennôji est son grand parc, autour duquel une bonne partie du quartier s'organise. On y trouve un musée, un zoo et un jardin japonais, le Keitaku-en. C'est par là que j'ai démarré mon exploration.

Vue sur le Tsûtenkaku, Tennôji, Osaka

À l'origine, j'avais prévu de commencer par le Tsûtenkaku, qui est pour Osaka l'équivalent de la Tour de Tokyo, et qui se situe tout près (en réalité dans le quartier voisin de Shinsekai, mais bien visible depuis le parc). J'y ai renoncé, car j'avais alors une belle migraine, et je ne me sentais pas la force de marcher jusqu'à la tour dans cet état. À la place, j'ai acheté mon billet pour le jardin, où je me suis posée un moment dans un pavillon de thé (ce qui m'a fait le plus grand bien). 

Billet du jardin Keitakuen, Tennôji, Osaka Buildings d'Osaka depuis le jardin Keitaku-en, Tennôji, Osaka
Etang du Keitaku-en, Tennôji, Osaka

Le Keitaku-en n'est pas immense. Il peut se visiter en moins d'une heure, mais j'ai pris tout mon temps pour faire le tour de l'étang central, rempli de carpes multicolores. Ce jardin fut créé par un paysagiste très renommé, Ogawa Jihei (1860-1933), plus connu sous le nom d'Ueji. C'est un jardin japonais dit "moderne", aux influences chinoises bien visibles. 

Pas japonais sur l'étang du Keitaku-en, Tennôji, Osaka
Lanterne dans le jardin Keitaku-en, Tennôji, Osaka Vue sur l'étang, jardin Keitaku-en, Tennôji, Osaka
Feuilles d'érable au Keitakuen, Tennôji, Osaka

Ueji travailla dix ans à la réalisation du Keitaku-en, de 1908 à 1918. L'endroit était à l'origine un jardin privé, celui de la famille Sumitomo, mais cette dernière n'en profita pas bien longtemps puisqu'elle le légua à la ville d'Osaka en 1926, en même temps qu'une bonne partie du terrain abritant aujourd'hui le parc Tennôji, incluant son musée des beaux-arts, bâti en 1936.

Depuis le jardin Keitaku-en, il faut marcher une dizaine de minutes pour atteindre le temple Shi-Tennôji, dont la naissance marque une étape décisive dans l'histoire du bouddhisme au Japon

Le Keitakuen, étrangement, est assez méconnu, et peu fréquenté par les touristes étrangers. C'est pourtant un lieu agréable, qui offre une vraie respiration. On en oublierait presque les buildings et la circulation autour : un véritable luxe dans une ville telle qu'Osaka !
Cerise sur le gâteau : l'entrée n'est vraiment pas chère, 150¥ à peine. Donc pas d'excuse si vous êtes dans les parages !^^ D'autant qu'un autre lieu tout proche mérite le déplacement...

Le temple Shi-Tennôji

Impossible de visiter Tennôji sans faire un saut au Shi-Tennôji, l'un des plus anciens temples bouddhistes du Japon, vieux de plus de 1400 ans. Depuis le parc et le jardin Keitakuen, il faut marcher une dizaine de minutes pour atteindre ce complexe, dont la naissance marque une étape décisive dans l'histoire du bouddhisme au Japon.
C'est le prince Shôtoku Taishi (572-622) qui fut à l'initiative de sa construction. En conflit contre un clan opposé à la diffusion du bouddhisme dans l'archipel, Shôtoku Taishi promit de faire construire un temple exceptionnel, s'il parvenait à gagner la guerre. Devenu régent en l'an 593, il honora son serment... tout en accordant au passage le statut de religion d'Etat au bouddhisme.
Autant dire que le Shi-Tennôji est un lieu très important pour de nombreux croyants.

Porte ouest, temple Shi-Tennôji, Tennôji, Osaka
Statue de moine mendiant au temple Shi-Tennôji, Tennôji, Osaka Pagode du temple Shi-Tennôji, Tennôji, Osaka
Pagode du temple Shi-Tennôji en contre-plongée, Tennôji, Osaka

Évidemment, le bâtiment actuel n'est pas le Shi-Tennôji d'origine, le temple ayant été ravagé par plusieurs incendies au cours de sa longue histoire. Néanmoins, les différentes reconstructions ont toujours été fidèles à l'architecture du 6e siècle.
Goshuin du temple Shi-Tennôji, Tennôji, Osaka
Je suis entrée par la porte ouest, en traversant une porte munie d'élégantes roues à prière, pour découvrir un complexe très grand, calme et peu fréquenté. Il paraît qu'un grand marché aux puces y est organisé tous les 21 du mois, mais je ne regrette pas d'y être allée dans un contexte plus tranquille, la balade m'a beaucoup détendu.

Vue sur la cour intérieure du temple Shi-Tennôji, Tennôji, Osaka
Roue de prière sur la porte ouest, temple Shi-Tennôji, Tennôji, Osaka Statue de gardien, temple Shi-Tennôji, Tennôji, Osaka Nanba-do, temple Shi-Tennôji, Tennôji, Osaka

Pour information, certains bâtiments situés au coeur du complexe (une zone dont l'accès est payant) étaient en rénovation au cours de ma visite, et le seront encore un certain temps. Mais la pagode (magnifique !) était bien visible. Il existe aussi un jardin dans l'enceinte du Shi-Tennôji, le Gokuraku-jôdô, mais je ne l'ai pas visité. Si j'en ai l'occasion, j'aimerais bien revenir lors d'un prochain voyage pour compléter mon exploration du Shi-Tennôji, car l'endroit m'a plu, même si je n'étais pas en état de l'apprécier pleinement.

5 commentaires

  1. Je comprends bien tes sentiments sur Osaka, parce que ils sont aussi les miens. Pendent le première voyage je suis alleé au Aquarium (très beau), à Umeda sky building (quelle vue!) et à Dotonbori (qui il me plait beaucoup surtout pour sa cuisine gnammy!!! Mais elle ne m'a touché pas dans le coeur, je ne sais pourquoi, mais il me semble une ville pour aller aux alentours et rien d'autre.

    RépondreSupprimer
  2. Le petit jardin est très beau ^o^✩

    RépondreSupprimer
  3. Décidément super fan des photos avec les Gotochi Card !
    Merci pour ton partage sur cette ville (trop) souvent utilisée comme transition.

    RépondreSupprimer
  4. Wouha! C'est joli comme tout! Et que dire de tes photos!? C'est juste dommage qu'à chaque fois tu ne puisses pas apprécier pleinement cette ville... une prochaine fois sans doute ;)

    RépondreSupprimer
  5. Allez je retente mon commentaire suite à nos échanges sur Twitter :) J'avais donc commencé à écrire mon article sur Tennoji quand je suis tombé sur le tien. Très bon article, mais il faut quand même laisser sa chance à la pauvre Osaka qui ne met que très peu en avant ce qu'elle a offrir^^. Le quartier de Tennoji est vraiment très riche et c'est clairement mon quartier préféré de la ville avec tous ces contrastes, son côté kitsch, parfois sale. Une autre facette du Japon trop peu montrée. Au plaisir de te lire à nouveau !

    RépondreSupprimer