LES SPÉCIALITÉS DE TOTTORI

Parlons cuisine ! Vous commencez à me connaître : je suis très gourmande, et ça tombe bien puisque Tottori est une préfecture rurale ET côtière, qui a beaucoup à offrir aux épicuriens.
J'ai déjà évoqué ici le sake de Chizu, les pastèques de Hokuei et les échalotes Rakkyo de Tottori, sans oublier la cuisine kaiseki de Misasa onsen et le mochi shabu de la Machiya Seisuian, à Kurayoshi (j'ai appris tout récemment que ce restaurant était vraiment très réputé pour ça, et c'est mérité !). Place maintenant à d'autres incontournables... 

chirashi de crabe, sériole et seiche

Commençons par les produits de la mer, avec un mets absolument immanquable si vous voyagez dans la préfecture de Tottori en hiver : le crabe matsuba !
À défaut d'avoir trouvé une plaque d'égout à son effigie (je parierais qu'une telle plaque existe !), j'ai pu en trouver une jolie représentation sur un trottoir, près du restaurant où nous avons déjeuné. Les japonais ont vraiment le sens du détail, vous ne trouvez pas ?^^

motif crabe trottoir tottori

Cet énorme crabe est sans aucun doute l'une des meilleures prises des environs, avec le calmar blanc, extrêmement réputé. On pêche ce crabe de novembre à mars dans la mer du Japon, et le calmar blanc de mai à octobre (je n'en ai donc pas goûté).
Après le repas (un chirashi de crabe, sériole et seiche), nous avons déambulé dans un petit marché couvert, et vous me connaissez : impossible de résister à l'appel des chapeaux kawaii ridicules (n'est ce pas Japan Kudasai ?^^)

portrait Céci et Olivier chapeau de crabe
etal poissonnier avec crabes sur la glace crabe matsuba dans une assiette

Je pose avec humour sur la photo, mais je peux vous dire que ça fait tout drôle de trouver un monstre pareil dans son assiette au restaurant, et je ne peux pas m'empêcher d'avoir de la peine pour cet animal sans histoire, victime de son succès... La crevette locale (mosaebi) n'est pas mieux lotie : on la pêche quasiment toute l'année, de septembre à mai. Globalement, je ne raffole pas des fruits de mer (je suis végétarienne environ 99% du temps), mais j'avoue que cette cuisine locale m'a laissé un bon souvenir. 
Côté poissons, Tottori est surtout réputée pour son shiro hata ou poisson des sables.

Le boeuf de Tottori (Tottori wagyu) est aussi très connu au Japon, il n'a d'ailleurs rien à envier au célèbre boeuf de Kobe puisque les méthodes d'élevage sont très proches : à mille lieues des élevages intensifs, les boeufs portant cette appellation grandissent en plein air, au sein de petits cheptels (on privilégie la qualité à la quantité) et à l'abri du stress. La viande ainsi obtenue, marbrée de gras, est réputée très tendre.

affiche de promotion des produits made in Tottori
poireaux sur un étal à Tottori

Côté légumes, le choix est vaste ! Brocolis, carottes, poireaux... Mais si vous cherchez un produit plus exotique, le ねばりっこ (nebarikko) pourrait bien vous séduire ! Il s'agit, avec la pastèque, de la deuxième grande spécialité de Hokuei (que l'on peut voir sur les plaques d'égout et sur le tampon de la gare de Yura).

plaque egout hokuei tampon gare de yura à Hokuei

Alors non, le nebarikko n'est pas une espèce de concombre recouvert de poils XD C'est une variété d'igname venue de Chine, issue d'un croisement entre de l'igname et de la pomme de terre. Récolté en plein hiver, on le consomme généralement râpé, sous forme de tororo meshi. Suivant cette recette, l'igname est si finement râpé qu'il se transforme en une pâte élastique, que l'on mélange à du bouillon dashi et que l'on verse sur du riz blanc. Je n'ai pas eu l'occasion d'y goûter, mais ça me fait drôlement envie !

La mascotte de Tottori, Toripi poire nashi sur un étal
poire nashi emballées sur un étal

Je ne pouvais pas terminer cet article sans évoquer avec vous la dernière grande spécialité de Tottori : les poires (ou nashi), qui ressemblent énormément à des pommes, avec leur forme ronde.
Les nashi sont si connues que la mascotte de Tottori, Toripi, est un mélange entre une poire et un oiseau (pour rappel, le nom Tottori - 鳥取県 signifie littéralement "attraper les oiseaux").
Généralement récoltées à l'automne, leur chair est délicatement sucrée, et plus ferme que celle de nos poires occidentales. À Misasa, j'ai pu goûter le nashi sous forme de vin de poire. Mais on utilise aussi ce fruit pour réaliser le fourrage de nombreuses pâtisseries vendues dans les magasins de souvenirs.

Voilà, vous connaissez maintenant tous les secrets de la cuisine de Tottori ! Plus que deux articles avant de partir pour la préfecture de Hyogo... où l'on mange très bien aussi !!! ;) またね!



logo JED


Cet article est sponsorisé par l'office de tourisme de Tottori.
Vous avez aimé cet article ? Encouragez-moi sur Tipeee !

10 commentaires

  1. Haha voilà le moment tant attendu de la photo ridicule dans le marché aux poissons ! J'en garde un excellent souvenir, c'était tellement inattendu de trouver ces chapeaux ridicules sur le comptoir !!! En tout cas, l'article est vraiment super, c'est vraiment une bonne idée de présenter autre chose qu'un site touristique, un temple ou un musée. La bouffe, c'est universel et ça fait rêver tout autant ;-) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Totalement d'accord : la gastronomie est aussi un argument important pour choisir une destination. De ce côté-là, Tottori n'a rien à envier aux préfectures plus connues.
      Aaaah, les chapeaux... Cette photo est vraiment trop marrante ! On a tellement ri pendant ce voyage hihi

      Supprimer
  2. Ca a l'ai trop trop bon! Merci à toi de nous faire découvrir cette région et ces spécialités! Tu me donnes trop envie d'y aller!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien Ainsel :)
      La nourriture est un sujet très important quand on voyage : je suis vraiment contente d'avoir pu évoquer cet aspect de Tottori qui m'a beaucoup marqué. Miam !

      Supprimer
  3. Ahaha XD Je veux le même chapeau que les votres! XD vous êtes trop drôle ! XD
    Tu m'as donner vraiment faim dit donc... Et cette poire en forme de pomme c'est vraiment très intrigant!
    Merci beaucoup Céci pour cette découverte et ce petit moment de rire ( vous êtes trop droleXD )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figure-toi qu'on peut trouver des nashi en France, mais ils ne viennent pas forcément du Japon (j'ai trouvé des nashi chinois au supermarché Carrefour, près de chez moi).
      Mais on n'en trouve peut-être pas partout^^

      Ils sont beaux ces chapeaux, n'est-ce pas ? J'aurais dû essayer d'en acheter un, ça aurait été drôle de me balader en ville avec ça XD

      Supprimer
  4. Gnammy!! J'aime toujours découvrir nouveaux spécialités, merci. Et puis... la photo avec le chapeau.... c'est trop amusant!! Vous etes iper kawaiiiiii!!! *__*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihihi n'est-ce pas que nous sommes beaux et élégants ? XD J'adore !
      Contente de t'avoir fait découvrir des choses nouvelles Hachi ! :)

      Supprimer
  5. Au top votre photo avec les chapeaux ;-)
    Les crabes sont énormes ; on dirait des araignées de mer. Je parie aussi sur l'existence de la plaque d'égout le représentant.
    Je te remercie pour la précision concernant le nebarikko ; je ne me suis pas du tout sentie visée :-P
    Les nashi c'est trop bon, j'adore. Rien que de lire le nom ça me fait saliver. J'en trouve souvent dans les magasins grand frais mais aussi quelques fois sur certains étals de marché. Ouvrez l’œil ! Heureusement qu'on les trouve moins cher qu'au Japon : 350Y (2.95 €) un fruit ?! Ça m'a toujours tué les prix des fruits dans ce pays, c'est un vrai luxe.
    Merci pour ce bel inventaire des trésors de la gastronomie locale ; c'est toujours intéressant. Miam miam !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha, j'avoue que j'ai pensé à toi en parlant de 'concombre recouvert de poils' XD Ton commentaire m'avait bien fait rire, mais je ne savais pas ce que c'était à l'origine, donc j'ai creusé un peu.
      Dommage, je n'ai pas de photo, mais on en trouve facilement sur Internet.

      Supprimer