LE MAL DU JAPON

Avant de reprendre le récit de mon voyage et entre deux dessins sur lesquels je travaille, j'avais envie de vous parler d'un sentiment qui me ronge depuis quelques mois : le fameux mal du Japon (que vous partagez peut-être vous aussi ?)
Je sais que beaucoup le ressentent car à chaque fois que je publie un tweet ou un post Facebook du style "le Japon me manque", j'ai 50 réponses du style "moi aussi" ou "je compatis" (ce qui me rassure du coup, car je me sens un peu moins seule dans ma tristesse^^). 

fleur sakura

Tenez par exemple : le simple fait que je sois en train d'écrire cet article ! J'étais en train de dessiner, tranquillement dans mon salon, et PIM ! Coup de blues, vague à l'âme, et je me retrouve à me demander ce que je fais ici, au lieu d'être là-bas.

C'est un drôle de sentiment : comme si j'avais laissé un petit bout de mon coeur de l'autre côté de la planète et que, d'un coup, le vide se faisait ressentir. Ou comme si mon quotidien douillet me paraissait d'un coup ultra terne, sans raison apparente. 
Parfois, ce sentiment est un moteur : il suffit de voir comment je vous ai harcelé pour gagner le concours photo en septembre. J'étais totalement investie, une vraie guerrière ! 
Et puis parfois, c'est tout l'inverse : ce sentiment me bloque, je me sens toute vide, comme si retourner au Japon était le seul truc qui me faisait tenir au quotidien. Et je vous le dis tout net : je déteste ça.

Ce genre de passages à vide, ça me fais réfléchir sur ma passion, et sa place dans ma vie. Je ne remets rien en cause, je vous rassure. Mais parfois, j'aimerais que l'envie de retourner là-bas soit moins envahissante, pour simplement savourer l'instant présent

portrait Céci dans la bambouseraie d'arashiyama sourire

Avant d'être blogueuse, il y a 6 ou 7 ans, le Japon n'était rien de plus qu'un rêve abandonné, poussiéreux, inaccessible. J'étais incapable de me projeter dans l'avenir, j'avais foiré mon orientation scolaire et je vivais au jour le jour. J'ai l'air super positive sur ce blog (et je le suis !), mais en vérité, à cette époque j'ai fait une monumentale dépression car j'étais totalement perdue dans ma vie. 
Il m'a fallu des années pour me reconstruire. Et au centre de cette reconstruction, allez savoir pourquoi, j'ai placé mon rêve de Japon. Comme un symbole de ce que je voulais accomplir.

Le mal du Japon, dans mon cas, il ne vient ni du Japon lui-même ("ce pays si parfait"), ni de la France ("ce pays si horrible") : il vient de moi, de mon histoire personnelle. Je n'idéalise pas le Japon (les citations ci-dessus sont bien-sûr ironiques^^) : je crois juste que je ne sais pas apprécier mon quotidien à sa juste valeur, et ça m'inquiète un peu.

Du coup j'ai ressenti le besoin d'écrire cet article pour vous poser la question : le "mal du Japon", c'est quoi au juste pour vous ? Vous semblez être si nombreux à le ressentir... parfois même sans y être allés ! Comment vivez-vous avec ? Comment le surmontez-vous ?

Merci d'avance de vos témoignages et de votre attention... またね!❤︎

25 commentaires

  1. Je ressens la même chose que toi, cette passion est de plus en plus grande et y aller l'a encore plus renforcée... J'y étais il y a un an et 5 mois et j'éprouve une immense nostalgie à chaque fois que j'y pense. Tant et si bien que je commence à regretter de ne pas avoir fait une licence anglais-japonais plutôt que juste anglais, que je commence à me dire que j'aimerais pouvoir travailler en lien avec le Japon, en agence de voyage par exemple (je suis déjà dans le tourisme, mais pas émetteur, je dois faire une formation en plus si je veux changer, ça c'est des projets qui mûrissent tout doucement dans ma tête mais qui mettront beaucoup de temps), mais c'est peut être aussi parce que je suis dans une période de lassitude sur le plan professionnel.

    Comme toi je n'idéalise pas le Japon et je suis très contente de vivre en France, ça ne vient pas non plus des pays respectifs mais me dire que le Japon est si loin me déprime parfois! Je me suis très étrangement sentie chez moi là bas alors que cette culture est tellement différente de la mienne, et que je ne parle même pas japonais! Ça m'a beaucoup surprise et c'est comme toi, comme si j'avais une partie de moi là bas. Je suis également passionnée (mais un peu moins) par le Royaume-Uni (où j'ai vécu 10 mois) et je ressens parfois un peu ça aussi, mais comme c'est facile de s'y rendre régulièrement c'est beaucoup, beaucoup moins fort que pour le Japon.

    Je surmonte cette nostalgie en continuant à lire des trucs sur le Japon, à regarder mes photos et rédiger des articles de blog, en essayant de cuisiner japonais de plus en plus souvent, à me rendre à des événements et conventions liées au Japon, et bien sûr en réfléchissant à ce qu'on fera pour le prochain voyage. Il faut aussi que je me mette plus sérieusement à l'apprentissage du japonais, et j'aimerais bien rencontrer d'autres passionnés comme toi et moi, car dans mon entourage je n'ai que mon copain (c'est déjà énorme, on partage la même passion!) et un ami à lui.

    Ce commentaire est déjà très long, sache que je comprends ce que tu ressens et que je t'envoie tout plein d'ondes positives! Courage! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce témoignage Camille, comme je te comprends moi aussi !
      Tu as mis le doigt sur un truc en particulier, l'un des sentiments que j'ai fortement ressenti pendant mon voyage, et qui m'a surpris : le fait de se sentir chez soi dans un pays si lointain et différent.
      C'est juste incroyable comme sensation !

      J'espère que tes projets aboutiront en tout cas ! :)

      Supprimer
  2. Je ne peux qu'approuver le commentaire de Camille. Le mot "nostalgie" est vraiment un refrain très commun lorsque je lis ou écoute des témoignages sur des voyages au Japon.
    Tu as raison, il ne faut pas que cette nostalgie te "bouffe" la vie. Alors essaie de te rapprocher du Japon en mangeant dans un petit bouiboui japonais, en tentant la réalisation de wagashi, en lisant, en cherchant des endroits que tu aimerais explorer, en rejoignant une association franco-japonaise...
    Les retours de voyages sont souvent difficiles (je sais de quoi je parle...) mais ça donne l'impulsion nécessaire pour le prochain.
    Cette phase est passagère, je sais que la période automnale n'aide pas à sortir de la mélancolie, mais essaie donc de faire une sortie en forêt pour apprécier les belles couleurs des arbres et faire de jolies photos.
    Tout ira bien Cécilia, tu peux compter sur tes fidèles lecteurs pour te comprendre et t'épauler. Gambatte ne !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le changement de saison n'aide pas... Heureusement, j'ai ce blog et ma formidable communauté de lecteurs pour me consoler ;)
      Merci de ton soutien ! Tu me connais, je ne reste jamais négative bien longtemps :) D'autant que j'ai la chance de pouvoir littéralement revivre mon voyage au fur et à mesure de son déroulement, à travers les récits que j'en fais ici. Et ça, c'est juste extra !
      Je replonge à chaque fois dans l'émotion de l'instant, je redécouvre les photos et vidéos du voyage : un vrai bonheur !^^ Et surtout : je vous emmène avec moi !

      Supprimer
  3. Je pense que nous serons nombreux à nous retrouver dans cet article et dans les commentaires. Le retour en France l'an dernier s'est accompagné d'une mini déprime de 15 jours avant de se lancer de plus belle dans de nouvelles économies pour repartir, et c'est ça qui est top parce que ça donne une motivation au quotidien pour retourner au Japon. Je me suis aussi questionné sur mon état mental en me demandant si je ne devenais pas un mono-maniaque acharné du Japon mais finalement, ça reste une passion vécue intensément. En comparaison, mon frangin fan de foot me bat largement dans la genre mono-maniaque LOL (sans rancunes frérot !). Ouvrir mon blog me permet aussi de patienter en attendant le prochain voyage, de découvrir de nouvelles personnes, et si je ne m'étais pas décidé, je serais passé à côté de toutes ces rencontres. Regarde vraiment ton quotidien comme un moteur, et même si l'automne peut paraître déprimant, j'aime à penser en regardant les arbres changer de couleur que je vis mon "koyo" à moi en France en attendant le voyage ^^ !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aha, je me reconnais bien dans l'inquiétude d'être mono-maniaque, c'est totalement ça ! :) Mais oui, après tout, c'est une passion comme une autre (le foot est un bon exemple).
      On me l'a déjà reproché, à travers des phrases du genre, "et à part le Japon, t'aime quoi ?"
      Le fait est que la majorité des trucs que j'adorent sont liés, de près ou de loin, au Japon. D'ailleurs, quand je vais à Paris, mon premier réflexe est de prendre d'assaut le quartier de la rue Ste Anne, ce qui ne manque pas d'énerver mon compagnon (il aime le Japon lui aussi, mais pas aussi ardemment que moi je le crains^^).
      Alors oui, le blog est un bon moyen de patienter, comme tu le dis si bien. En plus je suis heureuse, car j'ai l'impression d'avoir trouvé mon rythme depuis le retour du voyage : j'ai de la matière pour plusieurs mois, des tas d'anecdotes, des milliers de photos, des idées de projets sympas, etc.
      Merci d'avoir partagé ton ressenti toi aussi. Il faut que je prenne le temps de repasser sur ton blog et laisser des commentaires, c'est tellement encourageant n'est-ce pas ? :) Bonne continuation en tout cas !

      Supprimer
  4. Je comprends tellement...

    Ce mal du Japon, je l'ai connu dès mon premier voyage, et au final je l'ai surmonté en y partant en PVT 6 mois après... Très efficace^^ mais alors au retour ensuite...

    J'avais parlé du choc culturel inversé sur mon blog, cette difficulté à surmonter le retour, cet état qui m'a relativement rendue incapable de faire quoi que ce soit pendant bien longtemps.

    Avec le temps, on s'y fait. Je ne dis pas que ça disparait, parce que ça fait 3 ans que j'ai quitté ma vie au Japon et il n'y a pas un seul jour où je n'ai pas un pincement au coeur en y repensant... Mais la vie continue. Je pense que c'est important d'avoir un projet, quelque chose qui aide à avancer, sinon on reste coincé dans ces instants passés où on se sentait si bien. Et ce n'est pas une question d'idéaliser le Japon où de diaboliser la France, mais simplement que dans mon cas, c'est au Japon que je me suis sentie le mieux. Je n'ai jamais été aussi heureuse, aussi détendue que pendant les 18 mois que j'ai passé là-bas. C'est... "mon endroit", faute de trouver une meilleure manière de le dire.

    Bref, je ne vais pas faire un roman ici, mais sache que tu n'es pas seule. Si tu veux en discuter plus longuement n'hésite pas, ca fait du bien d'en parler aussi - surtout quand on peut le faire entre personnes qui se comprennent! Courage :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire Eydna, j'en déduis que ce n'est pas près de s'arranger avec le temps ? lol
      J'aime bien cette image de "choc culturel inversé", j'ai eu ce sentiment moi aussi immédiatement au retour. Après la douceur du Japon, le retour en France est un peu "âpre" il me semble.
      C'est dingue n'empêche : cette impression de se sentir chez soi là-bas, et comme un étranger ici. C'est plus fort qu'une simple nostalgie de vacances je trouve.
      Si le mal me reprends, je saurais à qui m'adresser en tout cas ;) Courage à toi aussi !

      Supprimer
  5. Bah moi j'y suis jamais aller! ah! XD Mais il arrive à me manquer... T_T
    Mais c'est drôle que tu dis ça maintenant... Moi aussi en ce moment je passe du positif au complétement négatif. L'école y est pour beaucoup mais je ressent un profond sentiment de ne pas être là où je devrais être. Et le Japon envahie alors ma tête. Mais pas que. Mais il prend la place la plus importante. J'ai un désire fou de vouloir réalisé mon rêve et cela à tout pris! Et rien ne mis empêchera, même pas cette fichu orientation que l'on doit choisir! (è_é) Mais quelque part, je pense que c'est aussi ma force pour avancé. En ce moment tout n'est pas comme je le voudrais mais j'essaye d'apprécier les bons moments, de ne pas trop me poser de questions et de vivre l'instant présent. Mais le lycée ne semble pas trop d'accord avec ça XD Je pense que "Destination Japon" c'est mon But. Ce pour quoi je dois me levé tout les jours. C'est ma force?!
    Mais ne t'inquiète pas! Ca va aller! Courage, je crois en toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense vraiment que le changement de saison nous travaille petite Yoyo, c'est déprimant mais il faut faire le dos rond en attendant que ça passe. Tu iras au Japon, j'en suis sûre ! D'ailleurs, je te recommande vraiment de réfléchir à une orientation qui te permette de te rapprocher de ce rêve, car il est encore temps pour toi : de mon côté, je regrette vraiment de ne pas avoir été plus franche dans mes choix, je serais peut-être là-bas aujourd'hui, comme Béné T_T
      L'important, c'est de ne pas avoir de regrets !!! Mais tu es encore toute jeune, il ne faut pas non plus te mettre la pression.
      Courage à toi aussi ! Tu as un superbe rêve à réaliser, et crois-moi : il vaut le coup !

      Supprimer
  6. Je comprends un peu ce que tu ressens.

    Je suis allée au Japon pour la première fois il y a moins d'un mois et demi. J'ai rêvé d'y aller pendant des années mais les événements ont fait que j'avais perdu espoir avec le temps. Et puis début 2016, ma meilleure amie m'a dit "J'ai acheté un billet d'avion pour aller au Japon mais je veux pas y aller toute seule donc tu dois venir avec moi" et bien sûr j'ai dit oui et je ne regrette pas d'y être allée.

    Cependant depuis que je suis rentrée en France, je n'arrive plus à aimer/apprécier ma vie actuelle qui pourtant n'est pas si atroce que ça, je ne fais pas le travail de mes rêves (je bosse dans un fast-food donc c'est très loin de faire partie des choses que j'adore) mais voilà, ça me permet de vivre de manière convenablement. De plus, j'ai peut-être trouvé une formation dans le domaine qui me plait et donc me permettra de quitter mon travail actuel et faire ce que j'aime.

    Bref, j'ai pas à me plaindre de ma vie, de bonnes choses m'arrivent, je peux enfin avancer alors que je stagne depuis 3 ans. Mais malgré tout, je n'arrive plus à aimer mon quotidien depuis que je suis rentrée du Japon. J'ai l'impression de ne pas être à ma place en France. Quand j'étais au Japon, je me sentais mille fois mieux qu'ici, j'avais l'impression d'avoir trouvé l'endroit où j'étais bien, heureuse. Pourtant je n'idéalise pas ce pays, je vois ses défauts comme ses qualités mais ça ne m'empêche pas de l'aimer.

    Maintenant je n'ai envie que d'une chose, c'est de retourner au Japon pour y rester un peu plus longtemps, pour pouvoir profiter un peu plus de ce pays que j'apprécie. Mais ma vie n'avancera pas pour autant. Donc je suis prise entre l'envie irrésistible de repartir au Japon très rapidement et le fait qu'il faut que je fasse quand même quelque chose de ma vie et ça me ronge au plus profond de moi.

    Voilà, tu n'es pas la seule à avoir le mal du Japon. Et malheureusement, je n'ai pas de solution à t'apporter mais si tu veux en parler, n'hésites pas !

    Courage ^.^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton récit me rappelle un peu mon parcours... comme quoi, il ne faut jamais perdre espoir n'est-ce pas ?

      Dans mon cas, c'est le cap des 30 ans qui a été le déclic : j'en ai eu marre de repousser mon rêve, alors je me suis donné un bon coup de pied aux fesses... et j'en suis vraiment heureuse ! (même si ça signifie ressentir un manque aujourd'hui)
      Le problème avec le Japon, c'est que c'est une destination qui coûte cher : il faut se démener pour pouvoir assurer financièrement et, comme tu le dis si bien, ce n'est pas évident quand on a une situation financière instable.

      J'espère que tu trouveras la solution pour concilier ton rêve et tes projets de vie. Personnellement, je fais le dos rond au quotidien, tout en rassemblant mes petites économies, petit à petit. Parfois, je me serre la ceinture, mais je sais qu'au final, je ne le regretterai pas.
      Ce qui m'embête, c'est simplement cette impression de ne pas profiter pleinement de la vie quand je suis en période de 'mal du Japon' : j'en deviens limite obsessionnelle, impossible de penser à autre chose. Une sortie au restaurant devient "20€ gâchés", et ça finit par me miner au quotidien.
      Il faut parfois savoir lâcher prise aussi. C'est l'équilibre que je m'efforce de trouver... ;)

      Supprimer
  7. Superbe article (comme toujours :p). En fait, je vais ici te donner deux 'points de vue',le plus 'professionnel' d'abord. En tant qu'agent de voyages, on peut remarquer deux phénomènes sur les gens voyageant au Japon: soit ils adorent, soit ils détestent. Ce pays ne laisse pas de sentiment mitigé (ou alors assez rarement) tant le contraste culturel est énorme par rapport à chez nous. Ce pays suscite donc de fortes émotions (qu'elles soient positives ou non). Et ça, c'est un constat que beaucoup d'agent de voyages font.
    D'un point de vue personnel, je pense qu'une fois qu'on a mis le pied dans le 'monde Japon' (que ce soit par la cuisine, les mangas, les JV ou autres), on a beaucoup de mal à en sortir. Car il y a un côté très addictif. Mais je pense que le même phénomène existe aussi pour les USA. Et puis, je pense qu'il y a aussi le fait que, pour beaucoup, nous sommes allés au Japon pour des vacances. Et si en fait, c'était le combiné des deux qui fait que ce sentiment est si fort? ;) (Réflexion du soir, bonsoir! :p)

    Enfin voilà, juste pour dire que c'est un sentiment normal et pas honteux du tout! Le Japon déchaine les passions! x) C'est un fait connu! =D Courage, ça va aller! Dis-toi que tu y retourneras et en attendant, épluche les guides de voyages! Ca aide beaucoup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce regard de professionnel qui permet de prendre un peu de hauteur Ainsel ! :)
      Le fait d'être en situation de vacances fait sans aucun doute partie du problème en effet... D'ailleurs, j'aurais aimé avoir l'avis d'un expatrié sur la question, car peut-être que si le Japon était mon quotidien, ce ressenti serait moins fort, non ? Je m'interroge toujours... ;)
      Les USA sont addictifs aussi ? Je n'aurais pas cru. Encore que, dans mon entourage, il y a effectivement quelques mono-maniaques des US et du Canada... Chacun son truc^^
      Je suis déjà en pleins préparatifs du deuxième voyage en tout cas... j'en reparlerai ici évidemment.

      Merci pour ton commentaire :)

      Supprimer
  8. Tu m'as ôté les mots de la bouche !
    Je pense qu'on éprouve tous la même chose pour ce pays qui nous appelle à lui un peu plus chaque jour. Merci à tous ceux qui écrivent des articles dessus car vous m'aidez particulièrement à tenir cette relation à distance :)
    Je me console en pensant au prochain voyage qui va me permettre d'y vivre pour un an. Mais j'ai bien cru que je n'allais jamais en arriver là ! Je pense notamment au fait que j'ai choisi des études qui ne se marient pas avec l'étranger et depuis j'ai tout fais pour y remédier. C'est à ces moments là que c'était le plus compliqué à vivre, je pensais au Japon très souvent (trop souvent) et mon premier voyage n'a pas aidé ma future dépendance pour ce pays ! Comme beaucoup je me calme en regardant mes phots, en discutant du Japon avec des amis passionnés aussi et en écrivant des articles dessus...
    En lisant cet articles et tous ces commentaires, je me dis qu'on peut se serrer les coudes pour surmonter cette nostalgie tous ensemble :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien l'idée de se serrer les coudes tous ensemble pour surmonter le mal du Japon.
      Personnellement, lire des blogs, et surtout écrire, m'aide beaucoup. Tu as raison, c'est exactement comme vivre une 'relation à distance' : il faut gérer la frustration, c'est compliqué (je connais bien XD)
      Courage pour tenir jusqu'à ton prochain voyage :)
      1 an ! La chance !

      Supprimer
  9. "C'est un drôle de sentiment : comme si j'avais laissé un petit bout de mon coeur de l'autre côté de la planète et que, d'un coup, le vide se faisait ressentir."
    Je te comprends très bien, ma Cécilia. Moi aussi, j'ai laissé une partie de mon coeur là bas et quand je regarde quelque chose qui parle du Japon c'est un plaisir et une paine tout ensemble. J'espère de reussir à partir la prochaine été, mais ça fait mal attendre ç__ç
    Baci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras y retourner très vite Hachi ! :)
      L'attente est douloureuse, c'est vrai, mais peut-être que c'est aussi ça qui rend chaque voyage aussi magique, tu ne crois pas ?
      Plein de bisous à toi aussi ! :)

      Supprimer
  10. Coucou ^^ avec 1000 ans de retard je ne vais pas m'étaler trop longtemps car je vais être très redondante avec tous les commentaires précédents et ton article ^^
    Mais sur le côté "palier" à ce manque, tout simplement je lis des trucs ;-) : des blogs de gens vivant au Japon comme Bene no Fukuoka, et surtout de gens qui n'y vivent pas et ça me rassure un peu (qu'on puisse être très fan mais vivre ailleurs quand même :p), essentiellement toi, Joranne Bagoule, CocoYuyu, Issekinicho... :-D Ça redonne la pêche !
    Et puis un ou deux craquage d'achats de trucs japonais et l'apprentissage (en dents de scie) de la langue, le fait de se dire "nan mais c'est sûr j'y retournerai pleiiin de fois encore !" et quelques mangas et le tour est (presque) joué ^^

    Courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mag, je suis contente d'être dans ta liste de blogs qui rassurent ;)

      A vrai dire, écrire sur ce blog est un peu une façon de surmonter pour moi : je revis mon voyage d'avril petit à petit, je redécouvre les photos, et au final, c'est comme si l'expérience était encore vivante, en moi. Je ne sais pas si je suis très claire lol

      Bien sûr que tu retourneras au Japon, pour te créer plein d'autres souvenirs !!! :)

      Supprimer
  11. Je comprends tout à fait, je le vis en ce moment même, alors que le 1er mois après mon année là-bas s'était plutôt bien passé et que je n'y pensais quasiment jamais. Maintenant c'est limite si j'ai des petits bonds dans le temps, des images de ma vie quotidienne de là-bas qui se superposent avec ici, etc. Du coup j'arrête pas de tenter d'élaborer des plans(en vain) pour y retourner au plus vite :') mais ça bouffe la vie...et le moral. J'ai la chance d'être avancée dans les études de japonais et savoir que je travaillerai en relation avec mais ça fait que je redouble d'impatience en attendant une occasion qui se présente !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est déjà quelque chose d'énorme pouvoir te dire que tu as un avenir professionnel lié au pays que tu aimes ! J'espère que tu auras des tas d'opportunités grâce à ton apprentissage de la langue !
      Pour ma part, je me suis réveillée trop tard. J'aurais dû étudier le japonais plus tôt, pour essayer de faire ma vie autour de cette passion. Mais elle était enfouie à l'époque de la fac, et ne s'est réveillé qu'après, lorsque j'avais déjà un pied dans la vie professionnelle.
      Aujourd'hui j'ai 31 ans, il n'est pas trop tard pour moi mais j'ai manqué de belles opportunités (le PVT notamment). J'ai un travail stable, un compagnon qui ne voudra jamais quitter la France pour vivre à l'étranger, deux chats et un projet de vie qui commence à ce dessiner ici : pour le moment, j'ai donc trop à perdre pour envisager de m'expatrier.
      Mais si un jour ça foire, que mon compagnon me quitte ou que je perds mon emploi, je peux te dire que le Japon sera mon plan B ! lol

      Supprimer
  12. haha, bienvenue au club! mon premier voyage, c'était en septembre dernier! depuis, je crois bien que pas un jour sans y penser, sans en parler... ma dernière idée: manger japonais à la maison, j'ai acheté les ingrédients ... et en 8 jours j'ai avalé 500 gr de sauce OKONOMO! je viens d'aller en rechercher, j'ai pris le brick d'1,2 kg! j'en mets partout ... même en dessert sur la glace à la vanille! ADDICT +++ . amx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha, on dirait un commercial arrête !^^ C'est vrai que la cuisine est une excellente façon de maintenir le lien avec le pays qu'on aime. Pour ma part, j'ai fait quelques découvertes sympas en avril dernier (genre, au hasard... le melon pan !). Du coup, dès que j'ai l'occasion de venir sur Paris, je fonce direct à la boulangerie Aki pour en dévorer un (ou deux !!!) tellement le goût me rappelle de bons moments. Un pur bonheur !

      Supprimer
  13. Bonjour,
    Je viens de tomber par hasard sur ton article et je dois dire qu'il a une triste résonnance ! Je ressens tout à fait ce manque, et cette manie de chercher de nouveaux endroits à voir, d'y penser, de manger Japonais... J'ai vécu 4 mois et demi à Kyoto et je me demande si je m'en remettrai un jour. Merci​
    Et félicitations pour ton blog ! :) Il est très beau.

    RépondreSupprimer